Sony Labou Tansi – Congo Brazzaville

 

 

sony-labou-tansi-congo-brazzavile

Sony Labou Tansi (1947-1995), écrivain dramaturge du Congo Brazzaville reconnu comme père de la littérature francophone.

Récits : 'La Vie et demie, Seuil, 1979 , 'L'État honteux', Seuil, 1981 ; 'Lèse-majesté', ACCT, 1982 ; 'L'Anté-peuple', Seuil, 1983, Grand prix littéraire d'Afrique noire ; 'Les sept solitudes de Lorsa Lopez', Seuil, 1985. Palme de la Francophonie ; 'Les Yeux du volcan', Seuil, 1988 ; 'Le Coup de vieux', Présence Africaine, 1988 ; 'Le Commencement des douleurs', Seuil, 1995 ; 'L'Autre Monde', Revue noire, 1997.

Théâtre : 'La Parenthèse de sang', suivi de 'Je soussigné cardiaque', Hatier, 1981 ; 'Moi, veuve de l'empire', L'Avant-Scène, 1987 ; 'Qui a mangé madame d'Avoine Bergotha', Lansman, 1989 ; 'La Résurrection rouge et blanche de Roméo et Juliette', revue Acteurs, 1990 ; 'Une chouette petite vie bien osée', Lansman, 1992 ; 'Une vie en arbre et chars...bons', Lansman, 1992 ; 'Théâtre complet', 2 volumes, Lansman, 1995 ; 'Antoine m'a vendu son destin', Accoria, 1997 ; 'La Rue des mouches', Éditions Théâtrales, 2005 ; 'Qui a mangé Madame d'Avoine Bergotha', Lansman, 2014 ; 'Qu'ils le disent, qu'elles le beuglent', Lansman, 2014 ;: 'Une vie en arbre et chars... bonds', Lansman, 2015 ; 'Une chouette petite vie bien osée', Lansman, 2015

Poésie : 'Poèmes et vents lisses', Le Bruit des autres, 1995 ; 'Poèmes', édition critique, coord. Claire Riffard et Nicolas Martin-Granel, en coll. avec Céline Gahungu, Paris, Éditions du CNRS, coll. « Planète Libre », 2015

  

Aux Éditions Revue Noire : 'L’Autre monde, écrits inédits' (1997), 'L’Atelier de Sony Labou Tansi, correspondances, poésie, roman inédits' (2005)

 

 

***

 

 

 

Le Testament de Juliette

 

[extrait de ’La résurrection rouge et blanche de Roméo et Juliette’ (théâtre) d'après William Shakespeare,

publié dans RN 01 en mai 1991, texte original en français] 

 

 

 

Cher amour, j'ai bu tes mots et j'en meurs parce que ta chair est condamnée à la mienne par le lien des feux qui nous lient, comment pourrais-je respirer sous un ciel éteint sous les yeux d'un soleil écroulé. Ton sang convoque le mien ton cadavre exige le mien — nous, mariés de quelques heures devons porter nos corps vers la même fleur fatale. Je me dépouille de la robe vivante pour aller rencontrer la cristalline nudité de ton âme. Comment aurais-je pu faire autrement — Roméo soleil en panne cadavre ardent je viens à toi en cette robe mise hier devant Dieu et la Sainte Église. De quelle autre témérité devrais-je me vêtir où aurais-je en le cœur de garder le corps mesquin que je t'ai promis. Mon amour laissons ce ciel malade aux impurs soyons fidèles au même rêve lisons du même chapitre dans le livre de la mort la saveur de notre commune mesure — en notre commun destin.

 

Roméo cadavre délicieux où mon cœur s'échoue, ouvre ton silence, laisse-moi boire à la source d'une lèvre éteinte la modification du monde et l'ardeur qui nous aime ensemble. (…)

 

Hommes de cette terre encore une fois vrombissez tissez votre querelle maudite mangez votre mort. Vous qui avez faim d'intrigues soyez aussi gras qu'il vous sied allumez une autre querelle pour assassiner encore d'autres innocents encore une autre fois faites semblant d'être humains écrasez bâclez brûlez étripez les âmes fragiles — hélas ! vous ne m'avez point donné assez de haine pour vous haïr — j'entre vierge sous les verrous de l'amour qui m'a épousée — Roméo attend le temps de fermer ma lèvre et j’arrive… (silence)

 

 

Sony Labou Tansi

extrait de ’La résurrection rouge et blanche de Roméo et Juliette’ (théâtre) d'après William Shakespeare, 

publié dans ’Revue Acteurs-Auteurs’ no 83, septembre ,Acte Sud.

Mise en scène Sony Labou Tansi, décors et costumes Hélène Delprat

 

 

***