Capharnaüm des Mots

La Maternité, détail du dos de la sculpture de Bylex-Pume © Revue Noire

Néophytes, nous mettons du temps à trouver les bons mots dans ce capharnaüm de vocabulaire pseudo de l’époque.

 

 

Nous comprenons avec le temps qu’il faut changer notre terminologie, et nous aurons du mal à passer d’un magazine d’ ‘Art Contemporain Africain’, en doutant sur la place du mot africain et en l’accolant parfois à magazine et parfois à art, à magazine des « Expressions Africaines Contemporaines ».

 

 

À voir si nous mettrons « du monde » en plus. Plus prétentieux mais probablement plus juste, prétentieux si on le prend comme un regard qui se veut globalisant, humble s’il ne s’agit que du nôtre.

 

 

Se confronter au problème de vocabulaire, c’est presque aujourd’hui se confronter à un problème de langue étrangère.

 

Malgré la mondialisation, on s’aperçoit que certains mots tabous ici ne le sont pas ailleurs.

 

Et dés que nous touchons au champs fleuri des formes, alors là que ne voit-on pas ?